top of page

Clin d'œil artisan avec Béatrice Bossé de la Fromages de Béatrice


On vois la photo de la propriétaire des fromage de Béatrice  Bossé et le titre de article .

Aujourd’hui dans Clin d’œil d’artisan, je vais vous présenter une jeune femme de talent et son entreprise située dans la région de Drummondville.

Béatrice Bossé est la propriétaire des Fromages de Béatrice, qui est située au Marché public de Drummondville.


-       On va laisser Béatrice se présenter :


Je m’appelle Béatrice Bossé, j’ai 23 ans et je suis native de Drummondville. J’ai fait l’acquisition des Fromages d’Ernest le 1er janvier 2023, lorsque j’avais 22 ans. L’entreprise qui avait, ainsi, été créée il y a 19 ans.

J’ai renommé l’entreprise « Les Fromages de Béatrice ».


-       Combien de variétés de fromage avez-vous ?


J’ai alentour de 250 sortes de fromage et de produits connexes à ceux-ci.  Cette grande variété permet aux clients de voyager à travers le monde.

Je suis heureuse d’être capable d’offrir tous ces beaux produits, et ce, à un seul endroit.


-       Par curiosité, qu’est-ce qui t’a amenée à acheter la fromagerie ?


Je suis née dans une famille qui a la fibre entrepreneuriale très présente. Ma famille est propriétaire de la Ferme des Voltigeurs. J’ai grandi dans cette entreprise et ça l’a permis de m’enseigner des valeurs très importantes : la qualité du produit, l’éthique de travail, toutes de belles choses que j’ai pu apporter dans l’entreprise les Fromages de Béatrice. Avec le petit bagage appris dans ma famille, j’ai pu apporter vraiment mon expérience et faire une différence dans mon entreprise.

Ce qui m’a intéressée à acheter, j’ai travaillé au kiosque de mon père, La Charcuterie du Marché. Puis, à un moment donné, en parlant avec l’ancienne propriétaire de Fromagerie d’Ernest, j’ai alors compris qu’elle voulait prendre sa retraite. Et puis voilà, de fil en aiguille, elle était intéressée à vendre et c’est ainsi que l’on a fait le transfert de la compagnie.


On voit Béatrice Bossé servir des  clients as son kiosque Les fromage de Béatrice

-       Qu’est-ce qui te démarque des autres ?


C’est l’expérience client et le service à la clientèle que nous offrons. Pourquoi les gens viennent chez nous au lieu d’ailleurs, certainement pour notre service à la clientèle. On fait goûter, on fait déguster le produit avant l’achat. Maintenant, le fromage est un produit de luxe, on ne se le cachera pas, alors pour moi c’est important que le client soit certain d’aimer le produit avant de l’acheter, car il va payer entre 10 $ et 15 $. C’est vraiment le service et l’expérience que l’on apporte au client qui, selon moi, fait la différence.


Parce qu’il ne faut pas oublier que je suis un commerce de vente au détail. Ainsi, je ne peux pas dire que je me démarque avec tel produit. J’achète de fournisseurs, comme tous mes concurrents. Il faut vraiment se démarquer d’une autre manière. Pour moi, c’est vraiment en y allant différemment et toujours en offrant plus. Je dirais que 75 % de mes produits sont québécois. Donc, on parle de 75 % québécois et 25 % d’importation. C’est sûr que pour moi c’est intéressant d’aller chercher de l’importation, parce que ça se démarque d’ailleurs. Par contre, je pense qu’il faut continuer de miser sur nos produits locaux et notre service à la clientèle.


Un autre détail qui me distingue, c’est que j’offre un service de plateau. On peut quasiment dire c’est comme un service de traiteur pour les personnes qui veulent faire des événements. Il y a des gens qui m’approchent pour des événements corporatifs, à n’importe quel moment de la semaine, des 5 à 7 et plus encore, j’offre également le service de livraison.

J’ai créé ce service parce que souvent, les personnes manquent de temps, ils ont leur travail et leur famille.  Je voulais créer un produit clé en main, de qualité. Au final, ils n’ont qu’à soulever le couvercle du plateau et profiter des produits !



photo de l'équipe des fromage de Béatrice

-       Par curiosité, quelle serait la suite avec les Fromages de Béatrice ?


Évidemment, il y a plusieurs projets qui me travaillent, mais il y a des enjeux au marché, on manque beaucoup d’espace. Ça fait en sorte que l’on ne peut pas réorganiser mon kiosque en fonction des différents projets. Par contre on peut dire que le marché public, c’est vraiment un endroit qui fonctionne très bien. Il est certain que j’aimerais avoir pignon sur rue éventuellement. Il ne faut pas oublier que ça fait seulement un an que je suis en fonction, je me laisse donc du temps. Je me donne quand même la chance de continuer et de perfectionner ce qui est présentement fait. Il y a plein de choses à faire comme améliorer la technique d’emballage, offrir d’autres produits comme des planches à découper où autre produit.


-  En me préparant pour l’entrevue, j’ai compris que l’implication pour toi est importante ?


Oui, j’ai fait du hockey en sport étude au secondaire et au CÉGEP. Plusieurs années de sport m’ont appris l’importance de l’esprit d’équipe et de soutenir ma communauté. J’ai « coaché » quelques années l’équipe de hockey féminin et des Voltigeurs du CÉGEP de Drummondville. Maintenant que je dédie la plupart de mon temps à l’entreprise, je fais partie des commanditaires de l’équipe. L’importance de redonner et de contribuer à sa communauté sont aussi des valeurs apprises à la base avec ma famille en agriculture, à la ferme des Voltigeurs. 


-       J’aimerais peut-être que tu parles de ton expérience avec le Concours Élan. Parce que tu es finaliste à ce concours dans la catégorie Repreneuriat.


Je suis très reconnaissante à la base que ma candidature ait été retenue comme finaliste au Concours Élan, c’est vraiment quelque chose d’incroyable. Pour moi c’est la reconnaissance du Concours Élan mais aussi, encore une fois, la reconnaissance des gens.

Au moment où l’on se parle, je ne sais pas encore quels sont les résultats, on n’a aucune idée de qui gagnera mais je les remercie pour toute la visibilité que ça nous donne. C’est vrai, pour nous, c’est un événement positif, le Concours Élan, c’est toute une expérience ! On fait des émissions, des entrevues ça nous sort beaucoup de notre zone de confort. Je mets l’expérience dans mon bagage et je continue d’aller de l’avant.


-       Pour terminer, je voudrais féliciter Béatrice d’avoir gagné le prix coup de cœur du public au Concours Élan CAE Drummond 2024 de la Jeune Chambre de Drummond !


photo de Béatrice Bossé, avec sont prix de coup de cœur du Concours Élan CEA Drummond

Vous pouvez visiter le kiosque de Béatrice au Marché publique de Drummondville

Horaire ; Vendredi 7h00 à 18h00

Samedi 9h00 à16h00





Comments


bottom of page